• GES : les Etats fédérés se mobilisent

    Journal de l'environnement 16 septembre

    La contamination des idées des climato-sceptiques ne prend pas sur les administrations des Etats fédérés américains. Du moins pour ce qui concerne leur préparation à l’entrée en application des futures règles de l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA, selon l’acronyme américain) concernant les émissions de gaz à effet de serre (GES).
    Autorisée à considérer les GES comme des polluants de l’atmosphère, l’EPA entend réguler leurs rejets grâce au Clean Air Act. Dès le 2 janvier prochain, les grandes installations de combustion devront recevoir des permis d’émission de GES. Ce qui implique que les autorités locales soient prêtes à les délivrer.
    Réalisée par l’association américaine des agences de surveillance de l’air (Nacaa, selon l’acronyme américain), une étude fait le point sur l’état d’avancement des Etats fédérés. Et les nouvelles sont plutôt bonnes. Selon ce recensement, près de 80 % des Etats s’estiment prêts. Les retardataires devront adapter leur législation locale pour se mettre au diapason fédéral. La Virginie devrait y parvenir avant janvier. Ce qui ne devrait pas être le cas pour l’Alaska, l’Arkansas, la Californie, le Connecticut, la Floride, l’Idaho, le Kansas, le Kentucky, le Nebraska, le Nevada, l’Oregon et le Wyoming.
    Pour éviter tout retard, l’EPA prépare un texte l’autorisant à allouer les permis d’émission aux industriels des Etats déficients. Restent les cas difficiles de l’Arizona et du Texas dont les dirigeants refusent, pour l’instant, de réguler les émissions de GES. Il est vrai que, respectivement, les électriciens de ces deux Etats produisent 45 % et 66 % de leur électricité avec du charbon.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :